Filière Recyclage des Emballages Plastiques Hors Corps Creux

De Wikiwaste
Aller à : navigation, rechercher

Préambule

Ce document fait partie d’une série rédigée dans le cadre d’un contrat de collaboration de recherche entre INSAVALOR SA et sa plateforme PROVADEMSE et la SARL TRINOV intitulé « Contribution au développement d’un outil de diagnostic et de mise en place de stratégies d’écologie industrielle en terme de gestion des déchets entre différentes PME d’un même territoire » et appartient conjointement et à parts égales à INSAVALOR-plateforme PROVADEMSE et à TRINOV.

Les cahiers des charges ainsi établis synthétisent les données disponibles dans la littérature scientifique et technique et des avis d’experts pour un certain nombre de filières de gestion et de traitement appartenant à une liste définie spécifiquement pour cette étude. Ils visent à définir les paramètres et les critères (positifs ou négatifs) conditionnant l’entrée de déchets, d’une manière générale, dans les filières de gestion/traitement/valorisation concernées. Pour toute validation de l’orientation d’un flux de déchet donné vers une installation, il conviendra de compléter cette approche en se reportant au cahier des charges et arrêtés d’exploitation spécifiques à l’installation considérée.

Présentation générale des plastiques

Extraits le plus souvent à partir du pétrole par un procédé de raffinage spécifique, les monomères sont ensuite assemblés, formant alors les polymères constitutifs du plastique. Selon les caractéristiques chimiques des polymères, on obtient différents types de résine.

L’incorporation d’adjuvants et d’additifs permet en outre de produire une très grande diversité de matière plastique destinée à de nombreux usages.

Parmi ces nombreux plastiques, il est tout de même possible de distinguer plusieurs catégories :

  • Les thermoplastiques, qui constitue l’ensemble des plastiques qui fondent sous l’effet de la chaleur et qui reprennent leur rigidité en refroidissant. Ils peuvent techniquement être recyclés facilement. Exemples de produits en matières thermoplastiques :
    • PET : bouteilles de boisson gazeuse, d’huiles de cuisine, fils textiles,
    • PEhd : bouteilles, bidons (huiles de moteur), caisses, casiers,
    • PVC : barquettes, boîte alimentaire, film alimentaire, tuyaux de canalisations, gaines électriques,
    • PEbd : sacs et emballages plastiques, palettes, films étirables, bouteilles (ex : shampoing),
    • PP : sachets et films transparents (ex emballages biscuits), automobiles (pare-chocs…),
    • PS : pots de yaourts, gobelets, emballages,
    • PC : casque, CD/DVD, prothèse,
    • PMMA (poly-méthacrylate de méthyle) : plexiglas,
    • PTFE (poly-tétra-fluoro-éthylène) : téflon.
    • PA (polyamide) : nylon
  • Les thermodurcissables, à l’inverse initialement liquides dans des conditions normales, durcissent sous l’effet de la chaleur et de la pression. En raison du caractère irréversible de leur transformation, leur recyclage est proscrit. Leur valorisation se limite à l'incinération avec valorisation énergétique, et, de façon très ponctuelle, à une utilisation comme charges dans les résines vierges. Exemple de produits en plastiques thermodurcissables :
    • PUR (polyuréthane) : mousses,
  • Les biodégradables : Ce type de plastiques est composé de polymères présentant la propriété d’être biodégradables, dans des conditions bien particulières de températures et d’humidité permettant l’action de micro-organismes responsables du phénomène. Les produits issus de cette dégradation sont l’eau, le C02 et/ou le méthane, et d’autres sous-produits non toxiques pour l’environnement.

Contrairement aux autres plastiques, les plastiques biodégradables peuvent suivre une valorisation organique. Lorsque le déchet plastique biodégradable est constituté de plastiques végétaux, il peut alors fortement améliorer le rendement du compost (amélioration du ratio carbone/azote). Il existe des normes d’entrée dans la filière de compost pour ce type de déchet, qui ne seront pas explicitées ici. Un tri est nécessaire entre ce type de plastiques et les plastiques communs puisque les filières de valorisation associées sont différentes.

Déchets concernés par le cahier des charges

Le cahier des charges ci-dessous se concentre sur les matières plastiques hors « emballage en corps creux ». Parmis les différents déchets en matières plastiques pouvant être recyclés, certains bénéfient de filières bien définies. Sont concernés :

  • Les films plastiques agricoles usagés (FPAU),
  • Les déchets plastiques issus des Véhicules Hors d’Usage (VHU),
  • Les déchets plastiques issus du BTP.

Films plastiques agricoles usagés (FPAU)

Réglementation

Les plastiques agricoles usagés sont des déchets banals qui ne relèvent d’aucune réglementation spécifique. La réglementation générale sur les déchets doit être appliquée.

Les films agricoles usagés ne doivent pas être abandonnés, enfouis ou brûlés dans le milieu naturel, et ils ne doivent pas être déposés avec les ordures ménagères.

L’élimination des FPAU ne peut être réalisée que dans des installations classées pour la protection de l’environnement (code de l’environnement, livre V, titre 1er relatif aux ICPE).

Définition

Les films plastiques agricoles usagés (FPAU) regroupent l’ensemble des films à usage horticole ou agricole. Leur utilisation est fréquente pour les serres, le petit tunnel, le paillage, l’enrubannage, l’ensilage ; mais aussi comme protection des cultures. Leur durée de vie est relativement courte (3 ans en moyenne). Plus de la moitié sont en polyéthylène (PE) et le reste en polychlorure de vinyle (PVC).

Exemples de films plastiques agricoles usagés :

Bâches d’ensilage, Films d’enrubannage, Films de serres, Films de paillage, Sacs, Films de chenilles, Big bags, …

Recyclage des FPAU

Sont considérés comme FPAU pouvant être collectés et recyclés :

  • Les films usagés appartenant aux catégories A, B, C, D, E1 et F conformes aux PTM,
  • Les films non mélangés,
  • Les films provenant de sociétés contributrices (logo APE).

Le procédé consiste à faire fondre le plastique récupéré, trié et lavé pour le régénérer sous forme de granulés qui s’utiliseront comme des granulés vierges dans la fabrication de sacs poubelles ou de bâches d’ensilages standards .

Mais le financement des opérations de recyclage reste difficile. En effet, le produit de la vente du régénéré ne suffit pas à financer les coûts de collecte et de régénération. Cette fragilité de la filière résulte de la combinaison de quatre facteurs principaux : faible prix des matières récupérées, taux de souillure des déchets, faible densité des déchets et dispersion du gisement.

De plus, le nombre de recycleurs de ce type de plastiques étant très faible, les coûts de transport liés à l’éloignement des centres de récupération tendent à être importants.

Critères rédibitoires

Certains films plastiques agricoles ne sont pas admis en filière de recyclage :

  • les films trop souillés,
  • les lots de films présentant des intrus : pneus, mandrin, pièces métalliques, bois, etc.
  • les films biodégradables.

Certains plastiques agricoles ne sont cependant pas considérés comme des FAU et sont donc exclus du processus de recyclage associé :

  • Lots de FPAU issus de sociétés non contributrices,
  • Stocks historiques de FPAU (constitués avant le 1er Janvier 2009),
  • Lots de films non conformes aux PTM (énoncés au paragraphe suivant),
  • Films dégradables et biodégradables,
  • Films non tissés en PP, films PVC, fluorés, ficelles agricoles,
  • Les tuyaux d’irrigation.

PTM(1)

Bien que la filière ne soit pas aussi bien organisée que la filière de recyclage des emballages plastiques en corps creux, il existe des prescriptions techniques minimales pour les déchets de films plastiques agricoles.

En plus de ces PTM, les déchets ne doivent pas être mélangés à d’autres types de plastiques.

Le Tableau 1 présente les PTM des déchets plastiques agricoles en fonction de leur catégorie.

Tableau 1 : PTM pour les films plastiques agricoles usagés
Classes Catégorie Type Application Epaisseur Taux de souillure

A

Epais (clairs)

Serres et tunnels

Toutes cultures

›120 µm

‹ 15 %

B

Minces (clairs)

Semi-forçage et solarisation

Melon, courgettes, Fraises , etc…

25 à 80 µm

‹ 50 %

C

Minces (clairs)

C1 : Paillage

Melon, courgettes, asperges

25 à 60 µm

› 50 % et ‹ 70 %

C2 : Semi-forçage

Carottes

20 à 60 µm

› 70 %

D

Epais (couleur)

Ensilage et bâtiment d’élevage

Elevage

>100 µm

< 20 %

E

Minces (couleur)

E1 : Enrubannage

Elevage

25 µm

< 15 %

E2 : Hors-sols

Maraichage

50 à 70 µm

F

Minces

( couleur)

Paillage

Maraichage

20 à 50 µm

> 70 %

Asperges

60 à 150 µm

Un rapport détaillé sur ces PTM est disponible via le site d’Agriculture Plastique Environnement.

Déchets plastiques issus de VHU

Réglementation (2)

Les déchets plastiques issus des VHU (pare-chocs, tableaux de bords) non souillés ne sont soumis à aucune réglementation spécifique.

Il faut se référer à la réglementation générale sur les déchets.

Ces déchets plastiques sont classés dans la rubrique 16 01 19 de la classification européenne des déchets.

16 01

Véhicules hors d’usage de différents moyens de transport et déchets provenant du démontage des VHU et de l’entretien de véhicules

16 01 19

Déchets plastiques

La directive Européenne n° 2000/53/CE du 18 septembre 2000 modifiée relative aux véhicules hors d’usage modifie en profondeur le cadre de leur gestion. Elle a introduit la responsabilité élargie des producteurs tant en amont de la chaîne de production des véhicules (concernant la prévention) qu’en aval au sujet de la collecte et du traitement des VHU.

Cette directive prévoit notamment la réutilisation et la valorisation des composants avec comme objectifs pour 2015 :

  • un taux de réutilisation et de valorisation de 95 % en poids moyen par véhicule et par an,
  • un taux de réutilisation et de recyclage de 85 % en poids moyen par véhicule et par an.

Les véhicules usagés ne peuvent être remis qu’à une entreprise agréée (liste disponible sur le site du ministère du développement durable).

Nature des déchets

Les plastiques représentent actuellement une part importante du poids total d'une automobile. Toutefois, il existe différentes sortes de plastiques selon leur utilisation :

  • pare-chocs : Polyéthylène Haute Densité (PEhd), Polyéthylène Basse Densité (PEbd) et Polypropylène (PP),
  • tableaux de bords, habillages intérieurs et extérieurs : Polychlorure de Vinyle (PVC) et PP,
  • optiques de phares : Polycarbonates.

Conseils pratiques

Les pare-chocs et plastiques non souillés doivent être séparés du reste du véhicule pour en faciliter le recyclage et stockés sous abris.

Exemples de traitement

La valorisation matière

Ces déchets étant des thermoplastiques, ils présentent les caractéristiques adéquates pour être régénérés ou recyclés.

Les types de recyclage possibles pour les différents matériaux sont :

  • PP et PE des pare-chocs : ils sont broyés, lavés, séparés et reformulés afin d'obtenir des granules de PP qui servent à fabriquer des pièces cachées de véhicules, des coffrages pour piscine, …
  • PP des tableaux de bords et habillages : ils sont broyés afin d'obtenir des granules utilisées dans la fabrication des pots de fleurs, des salons de jardin, …
  • PVC souple des tableaux de bords et habillages : ils sont broyés et utilisés dans la fabrication des semelles de chaussure, des tuyaux d'arrosage, ...

Déchets plastiques issus du BTP

Réglementation sur les déchets plastiques issus du BTP

Il n’existe pas au niveau européen de législation directement liée au recyclage ou à l’élimination des déchets plastiques issus du secteur du bâtiment et de la construction.

Cependant, la Directive (94/62/CE) relative aux emballages et aux déchets d’emballages et la Directive (99/31/CE) concernant la mise en décharge des déchets s’applique également aux déchets plastiques du secteur de la construction et démolition.

Les déchets plastiques issus du BTP souillés par des déchets dangereux seront considérés comme tels et suivront la filière de traitement spécifique.

Nature des déchets plastiques issus du BTP (3)

Le PVC représente près de la moitié (47%) des plastiques utilisées en BTP (données 2002).

Les autres types de matériaux plastiques comme le PSE (polystyrène expansé), le PSX (polystyrène extrudé) et le PU (polyuréthanne) utilisés pour l’isolation, représentent 18 % du tonnage annuel des plastiques utilisés en BTP.

Le PEhd et le PEbd représentent également 18% du tonnage annuel des plastiques utilisés en BTP, essentiellement pour la fabrication de tuyaux et de conduits.

Le Tableau 1 énumère les différents types de plastiques utilisés en BTP ainsi que leurs applications.

Tableau 2 : Types et usages des plastiques employés en BTP (3)

Freins au recyclage des plastiques issus du BTP

Les freins majeurs au recyclage des plastiques issus du BTP sont les suivants :

  • Le manque de systèmes de collecte sélective ;
  • Le coût, le temps et l’espace nécessaire au démantèlement et à la séparation sont trop importants ;
  • Le manque de synergie et d’écoute entre les différents acteurs (collectivités locales ou régionales et secteurs privés) ;
  • La simplicité, le coût peu élevé de mise en décharge et le peu de contrôle de ce mode d’élimination ;
  • Le manque de centre de tri et d’installations de broyage ;
  • La contamination croisée et le mélange généralisé des déchets.

Le faible taux de recyclage de ce type de déchet n’est pas d’ordre technique, mais surtout d’ordre économique.

Il est donc important de bien sensibiliser les entreprises, de mettre en place des systèmes de collecte sélective, et d’utiliser une communication efficace entre les différents acteurs concernés.

Déchets spécifiques (BigBag, EVPP)

Recyclage des Bigbags

Les bigbags sont des conteneurs souples en polypropylène ou polyéthylène en toile tissée munis de sangles, que l’on utilise pour transporter des produits non liquides.

La reprise de ce type de produits est assurée par diverses entreprises comme CYCLIS , qui valorise les bigbags en fonction de leur état général :

  • Un reconditionnement général du bigbag pour être revendu en tant que bigbag d’occasion lorsque celui-ci n’est pas trop abimé ;
  • Un broyage dans le but de transformer les bigbag trop usagés en granules qui serviront de matière première pour d’autres produits.

Aucune prescription technique minimale n’a cependant été trouvée dans la littérature concernant la recyclabilité des bigbags.

EVPP (Emballages vides de produits phytopharmaceutiques) (4)

Les principaux détenteurs d’EVPP sont les agriculteurs, paysagistes, collectivités et administrations.

Ce type de déchet est défini en 4 catégories :

  • Les bidons vides en plastiques, d’une contenance inférieure à 25 L,
  • Les fûts vides en plastique ou métal, dont la contenance est supérieure à 25 L et inférieure à 300 L,
  • Les containers, dont la contenance est supérieure à 300 L,
  • Les sacs et boites, qui contiennent des produits solides dont la contenance est inférieure à 25 kg.

Ces déchets sont considérés comme dangereux, et suivent donc une filière spécifique d’élimination.

ADIVALOR se charge de la gestion de ce type de déchet en assurant la collecte des déchets dans des lieux de collecte définis puis l’élimination.

Les modes de traitement privilégiés pour les EVPP sont l’incinération avec récupération d’énergie dans des incinérateurs de déchets dangereux, ou bien l’utilisation en combustible de substitution dans les fours de cimenterie.

Bibliographie

1. Environnement, Agriculture Plastique. [En ligne] http://www.agriculture-plastiques-environnement-ape.eu/plansite.html.

2. Picardie, Région, Déchets. VHU. [En ligne] http://www.dechets.picardie.fr/spip.php?rubrique71.

3. APRICOD. Guide pour une gestion durable des déchets plastiques de construction et démolition.

4. ADEME - EVPP. [En ligne] http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=14761.

5. Picardie, Région, Déchets. Déchets plastiques agricoles. [En ligne] http://www.dechets.picardie.fr/spip.php?rubrique79.